Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 16:23

Allo ? Allo ?

 

Vous ne connaissez pas le fameux " Allo? t'es une fille t'as pas d'shampoing...allo ?" alors c'est que vous ne vous intéressez pas aux reportages hautement sociologiques que nous offre actuellement la télévision française....

Vacances scolaires obliges, j'ai perdu le contrôle de ma télécommande...et c'est ainsi que j'ai pu découvrir des émissions d'une importance capitale pour l'intellect : " les anges de la télé-réalitée" sur NRJ12 pour ne pas citer la chaîne !

Le concept  : On prends des ex candidats perdants de la télé-réalité, telles que " the voice", "secret story", "mon curé chez les nudistes", 'j'me fout a poil dans la piscine", " l'île des cocu..." et on les enferme dans une villa de millionnaire, de préférence loin de la France, pour qu'ils continue a se ridiculiser à la poursuite de leur rêve de gloire....

Je découvre ainsi Nabila, jeune intellectuelle au corp plastifié (quand on voit la photo avant/après c'est édifiant..) qui tous les jours nous gratifie d'une phrase magique qui laisserait pantois Socrate, Aristote et Louis de Funès !

 

J'ai ainsi découvert la guerre mondiale de 78, qu'aux états unis tout est grand et gros, et que Allo, c'est une catastrophe mondiale si une fille n'a pas de shampoing !!!

 

Le plus terrible dans tout ça, c'est que cette dinde fait un buzz terrible avec la partie la plus charnue de son anatomie aux States, que certains la compare à une autre grande scientifique Kim Kardashian, et que finalement ce qui est le plus effrayant c'est qu'elle tourne en boucle partout sur tweeter, facebook et autres réseaux sociaux....Dès hier au boulot, j'ai eu droit a des "Allo ? Allo ? t'es une fille t'as pas d'shampoing..."

 

Cette barbie devient culte et si encore celà restait confidentiel et Français ça limiterait les dégâts mais le pire c'est bien que l'on déporte nos cerveau de poulpes aux States, leurs donnant là encore une bonne occasion de nous prendre pour des cons !

 

J'ai vu une blonde 1,58 m croire qu'elle finira mannequin, un couple qui s'engueule et se réconcilie trois fois par épisode, un maigrichon qui veut rentrer Bodyguard pour star.....On échange du rêve contre du ridicule...

 

Et moi j'ai peur : parce que les gosses adorent ça, et que je comptais un peu sur eux pour payer ma retraite mais là j'ai des doutes !

 

Et si Obama prenait cet arrivage de cons sur son territoire pour une agression et nous déclarait la guerre ?


 


10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 22:03

Il faut bien finir par avouer en place publique ce que l'on sait déjà : ce blog est à l'abandon !

 

Voilà, c'est dit. Est ce que je me sens mieux de le reconnaitre enfin ? Non pas vraiment. Tout au plus un léger sourire , plutôt un rictus déforme mon visage ravagé par la fatigue.

 

Ai-je une excuse ? Non plus !

Vais je vous en faire ? Non plus et puis quoi encore!

 

Non, je viens ici juste pour nettoyer les restes comme après une soirée trop arrosée. On range les meubles, on dépoussière, on nettoie, on met un coup de désodorisant lavande pour donner un air de frais et on recouvre d'un drap blanc...pas vraiment un linceul, mais un peu quand même.

 

Est ce définitif ? Je ne le sais pas moi même....

 

Les faits sont juste tristement banals : un nouveau mec, de nouveaux amis, une nouvelle vie. Pas de temps, trop peu déjà pour le quotidien.....

 

J'écrivais il y a une heure à un ami que le bonheur m'allait bien mais qu'en contre partie j'ecrivais de la merde ! C'est la triste constatation de ce que je suis : incapable de traduire une émotion autre que celle que je ressens sur le moment.

 

Publier pour publier m'a toujours semblé être ni plus ni moins que de la masturbation cérébrale.

Je n'ai jamais pris part a la course au BR, ni a celle de la popularité. Inutile de publier pour exister. A ceux qui me regrette je dirais seulement de ne rien regretter, que ce blog reste ouvert et de ne pas hésiter à le relire en commencant par le début....

 

Quand à moi, je continue à écrire, à me chercher, et peut être finirais je par me retrouver.

 

L'amour c'est très déstabilisant finalement, quasi destructeur....Le mien a balayer sur son passage toute ma fureur, ma peine et ma tristesse.....Mes textes ressemblent à de la guimauve et ont surement le goût de la barbe a papa !

 

Je prends le temps de me pencher sur le talent des autres. Je redécouvre le plaisir de lire mes complices, ceux qui depuis le début ont été là, sur cette plateforme pour y vivre de réels moment de partage dans l'écriture. ainsi ils ont avancés, chacun de leur côtés...

Certains ont même publiés de très bons bouquins.....

 

Allez donc sur le Net, cherchez....

Les chiens du Paradis : Jérôme Fansten

Les chiens du Purgatoire : Du même auteur

Hyckz : Muriel Combarnous

 

Pour ma part, je vais étendre ma lessive, faire un calin avec mon doudou et me coucher en pyjama pas glamour ! Parce que finalement, la seule histoire qu'il est important que j'écrive c'est celle que je vis tous les jours.

 


24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 06:48

Ou comment écrire n'importe quoi juste parce que j'ai envie de faire virevolter mes doigts sur le clavier !

 

Dans la série quotidien chiant du réel, je fais aujourd'hui l'expérience oh combien connu des autres mais jusque là inconnu de moi de l'arrêt de travail.

Soyons clair, je ne parle pas de l'arrêt de complaisance parce que j'ai un furoncle fessier ou une réunion tupperware que je ne peux pas remettre, ni de l'arrêt de travail pour cause de chômage involontaire, d'enfant grippé dont la nounou ne veux pas, de cuite impromptue qui se déclare en gastro parce que ça fait mieux avec le patron. Non, je parle de l'arrêt de travail qui fait mal, celui qu'on voulait pas mais qu'on prends quand même parce que l'on a pas le choix, celui que le docteur impose avec les gros yeux moralisateur et que l'on accepte parce que le docteur aux gros yeux fait peur et aussi parce que le patron veut pas de vous si vous venez en rampant.

 

Bref j'ai très bobo et ça me gonfle.

 

Premièrement parce que quand on a mal, c'est pas marrant de rester à la maison!

Finalement mon repassage n'avance pas, mon ménage aurait même tendance a prendre du retard.

En plus, malgré tout l'amour et l'attention que l'on vous porte, ça devient vite gonflant le ton de complaisance, la pitié dans les yeux, les " bouge pas, je vais le faire", les "repose toi bien".... et les " t'as pris tes médicaments ?"...

 

Bordel je suis pas une gosse, et en plus je suis pas complètement handicapée même si on peut en douter a ma démarche de vielle personne agée presque grabataire...

 

Le sexe ? Même pas en rêve... A croire que mes anti-douleurs annihile la libido de mon ours, et ça c'était pas dans les effets secondaire !  L'arnaque...!

A moins que cela vienne de mon allure glamour en presque pyjama, de mes "aïe" "ouille" à chaque geste un peu brusque ou encore de mon air caméemaiscestpasdeladrogue.... Le shoot space weed made in Sécurité Sociale....

 

Et c'est pas fini... La dépression me guette face a l'ennuie, et si elle ne m'attrape pas avant la fin de l'arrêt, c'est ma fiche de paye qui finira de me déprimer....

 

Mon ours ? Patient et gentil au possible, doux, attentionnée, patient, tendre, patient...(je l'ai déjà dit ça ?)..parce qu'il faut bien l'avouer, Henriette malade c'est une chiasse ! Ça couine, ça geint, ça pleure, ça bougonne, ça se plaint....Bref c'est un tue-l'amour, une épreuve finale, un motif de rupture...si le mec résiste à ça, soit il est très amoureux, soit c'est parce qu'il ne sait pas ou aller..; Henriette malade c'est un coup a retourner chez sa mère ventre à terre !

 

Bref : si vous aviez pas compris j'ai MAL ! Commencez pas à prévoir un comm genre, t'as quoi ? Je te plains..;ou t'en as pour longtemps...parce que je vous enverrais chier ! Je suis désagréable, mes enfants se sont mis à militer pour l'euthanasie, mon chien me parle plus, mes collègues m'ont oubliés et certains m'espère  probablement morte....

 

L'arrêt de travail c'est un cadeau empoisonnée. C'est pointer pour sortir acheter sa nourriture, errer entre le lit et le canapé en simulant un bien être que l'on ne ressent pas, c'est mentir en déclarant aller mieux juste pour pas avoir l'air de se plaindre, c'est sourire a ce con de facteur et son " alors en vacance ?" alors que sur ma tronche il est écrit "cerne, teint terne, douleur..."

 

L'arrêt de travail c'est de la culpabilité : se sentir inutile devant son mec qui bosse et qui en plus doit faire la bouffe cause Henriette HS, se sentir concerné quand un reportage explique comment l'arret de travail est responsable du trou de la sécu, se sentir merdique face à sa petite fille de 10 ans qui sacrifie une partie de son mercredi pour faire le ménage que vous êtes pas foutu de faire, voir le regard de son fils changer face à cette maman qui finalement n'est pas une super-héros....

 

L'arrêt de travail c'est avoir tellement de temps à perdre que l'on peut même se permettre de couiner sur la toile....

 

Bordel, l'arrêt de travail c'est prendre conscience de sa vulnérabilité....déception, je suis humaine.


3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 04:39

Nan, j'ai pas disparu....

 

Avis aux fous de la braguettes, aux désespérés du sentiments, aus esseulés de la main droites, aux amoureux du 5 à 7, aux tristes sires écumeurs de boites, aux filles sans joies, aux militants du célib forcé....

 

Avis aux frustré(e)s, cyniques, acariâtres, méchants, sales bêtes et tatie Danielle en tous genres....

 

Avis aux dépréssifs, tristes, malheureux, abandonné(e)s, sans espoirs.....

 

Tout Arrive :

 

Alors, je reste a mon bonheur égoïste et je publie rien .....

Désolé les voyeurs :)

 

Attention : Ames sensibles s'abstenir d'aller plus loin : ce qui va suivre pourrait être violent pour des personnes aux coeurs fragiles

 

6978_358817696_coeur_rouge_H021143_L.jpgMouais, je sais que ça fait fille !

21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 00:00

Qui n' a jamais attendu avec impatience les 15 jours ou 3 semaines de repos annuels validés par une année d'esclavage, de cotisations, de dur labeur, et de "oui patron" ?

Tout le monde rêve de ses congés d'été qui sentent bon la lavande, les apéros entre amis, le barbecue fumant, les bières fraîches et les étoiles en toiles de fond.

Les congés d'été, c'est la cerise sur le mauvais gâteaux que l'on bouffe toute l'année, c'est le fantasme du farniente, la récompense du prolétaire bienheureux...

 

Il va de soi que même Henriette prend des vacances, du repos, des congés, bref se la trulle balaise les orteils en éventail, la clope au bec, sirotant un cocktail exotique sur une plage de sable fin, entouré de mâles plus beaux et musclés les uns que les autres...

 

Dans mes rêves ! Rien du tout, nada...

 

Tout a commencé avec l'arrivé d'un ours... genre gros nounours balaise, souriant et doux comme l'ourson cajoline...Ca m'a foiré ma schizo que j'entretenais depuis des années, flingué mon associabilité, liquidé la mauvaise humeur...Voilà que je passe ma première semaine de vacances (que j'avais prémédité totalement délurée, à la limite du racontable), avec un balai, des brosses a reluire, un tournevis et une éponge a lui créer une caverne de geek, confortable et douillette. Je me déguise en cendrillon façon année 2000, pousse la musique et dandine mes fesses en faisant ses carreaux !

J'ai le bronzage vampirique, le parfum javel-lavande s'incruste dans mes cheveux et je souris comme la mère Denis satisfaite devant le linge propre...

J'ai les yeux admiratifs devant ce mâle dominant qui tel un guerrier vient a bout d'un meuble IKEA,  papote salade, régime, couleurs de tapis et programmes télé devant un café.... Il ne reste d'Henriette que ce petit regard lubrique qui se glisse entre deux chiffons pour mater les épaules et la nuque de l'Homme en sueur qui se glisse sous la douche à la fin de la journée...

 

Installation de la caverne fini, il reste tout de même une semaine d'éclate avent de retourner au taf...

C'est sans compter sur l'association de cette garce de météo avec ma copine cuitée qui me vaut aujourd'hui d'être malade comme un chien ! J'ai rangé le maillot de bain que je n'ai même pas pris la peine d'essayer, acheter de l'actifed et du sirop, ressortis mon polaire et coller ma carcasse de vielle rombière raleuse sur le canapé en couinant des ' je suis balade", "j'en ai barre", " passe boi un bouchoir", " vacances de berde !"....

Même cette cochonne d'Henriette a fuit... La fellation en apnée n'étant pas son truc, il n'y avait rien a espérer de la situation, elle m'a abandonné a mon sort, le nez morveux et la toux tuberculeuse, en attendant que grâce aux bienfaits de la médecine moderne je sois dès lundi en état de reprendre mon boulot en pleine forme...

 

Que reste t'il de ces 15 jours ?

Des mouchoirs sales, des mains usés par la javel, de la fatigue, .....

 

Ah, si j'oubliais, le plus important : J'ai des sourires pleins la tête, le coeur léger, des papillons dans les yeux et du rose dans ma vie....

 


 

Les congés payés... Quel bonheur !

26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 19:02

La machine infernale : ou comment Monsieur Mauvaise Foi tente d'apprivoiser une machine à laver.

 

Monsieur Mauvaise Foi, notre héros, sans peur, s'attaque aujourd'hui à une mission spéciale et à haut risque : laver du linge...

Cette mission lui à été confiée après 15 ans de bons et loyaux services, et par ce qu'au cours de ces années passées, il prouva sa capacité à s'adapter à un milieu hostile. 

Ainsi donc, il bénéficia d'une promotion spéciale et se voit donc confier des missions d'une importance capitale pour la sauvegarde de l'équilibre familial.

 

Ce n'est pas sans appréhension qu'il approcha "la bête".  D'un regard professionnel, il inspecta cette machine, jusque là inconnue pour lui, pour en étudier les contours et en définir les possibles pièges : il s'assure ainsi de se préserver de toute mauvaise surprise..on ne sait jamais, ces bêtes là peuvent exploser au contact d'hormones mâles...( il n'en mène pas large notre héros, c'est que ces trucs là, si c'était fait pour les hommes, ça se saurait non ?)

 

Stratège accompli, il sélectionne soigneusement le linge qu'il décide de laver pour cette première expérience : sa méthode lui semble logique et la plus simple : prendre ce qui vient sous la main pourvu que ce soit puant, et fourrer tout ça dans la gueule béante du monstre, en tassant pour en mettre plus... Puis appuyer avec force sur la porte-hublot en vérifiant que rien de dépasse !

 

Pause cigarette, faut réfléchir à la suite....

 

La deuxième étape lui semble plus délicate : devant lui se présente un tiroir magique avec trois compartiments : lequel est le bon et à quoi servent donc les deux autres ?

Après mûre réflexion, il en déduit que le plus grand doit être celui pour la lessive, et le rempli a ras bord du liquide odorant...

Hésitant il se rappelle vaguement des souvenirs d'enfance et de sa maman achetant de l'adoucissant .... Mais il a beau regarder sur l'étagère face à lui..nul adoucissant... juste des spray et produits aux noms barbares tels que "javel", "stop-color"," détachant",...Tenté d'appeler son chef à la rescousse, il se ravise : il veut réussir sa mission seul et se promet de partir à la chasse aux informations concernant tous ces produits chimiques dès que sa mission sera accompli !

 

Pause cigarette, détente nécessaire avant d'attaquer la parti la plus risquée et dangereuse de la mission ...

 

Tous les thermostats et boutons face à lui portent des indications qui ne lui disent pas grand chose...Voire rien du tout ! Il va devoir gérer de façon pragmatique et improviser :

- Température ? bon, n'étant tout de même pas un con, il a bien compris qu'il devait s'agir de celle de l'eau de lavage... mais quel est le bon choix ? Soit parce qu'il n'y pense pas, soit parce qu'il redoute une tentative d'évasion, il n'envisage pas d'ouvrir le hublot et de vérifier ce qu'il y a marqué sur les étiquettes dans les vêtements... Il choisit donc de faire la moyenne entre les deux températures extrêmes : Froid + 95° = 0° + 95 °= 95°= 47.5°

Ah oui, mais ça il n'y a pas ! Monsieur Mauvaise foi se retrouve donc devant un choix compliqué : soit 45° , soit 50°.... lequel ?

N'écoutant que son courage il positionne le bouton sur 50°, concluant son geste d'un sourire sûr ...50 c'est mieux que 45; après tout, plus c'est chaud, mieux ça doit être...

 

- Arrêt cuve pleine ? Essorage doux ? Vidange ? Économique ? Lavage rapide ? Lavage a froid ? 

Toutes ces indications !!! Que choisir ? 

Après quelque minutes de réflexion il conclu au piège: c'est une évidence, son chef n'ayant laissé aucunes indications spéciales, il ne peut pas en être autrement ! Il ne touchera à rien et laissera sur la position initiale : normal . ainsi il pense limiter le risque d'échec (ou d'explosion, allez savoir avec des machines pareilles !)

 

- On/ Off...ça c'est pas compliqué même si pour tromper sa vigilance l'ennemi à codé les instruction dans une langue étrangère...Mais ce qui l'intrigue plus c'est le " Départ différé"...

 

Pause cigarette, ça mérite réflexion !

 

- ON ! Ça commence à lui péter les c.... ce machin...tu parle d'une mission à la con, on lui reprendra pas, il a pas signé pour ça lui....!

 

Le bruit qui gronde dans la pièce est infernal....Des chuintement, des roulements, un tapage d'enfer.... 

Un rapide coup d'oeil autour de lui lui assure de la normalités de tels bruits : les deux mini-autochtones qui réside alentours ne semble pas réagir à ce bruit assourdissant...

D'un geste fier, il coupe la lumière de la pièce avant d'en refermer la porte : Henriette n'a qu'a bien se tenir, il est certain d'avoir réussi la mission haut la main ! 

 

 

( la suite ? euh.... il paraît qu'à l'ouverture Henriette à crié très fort ...une sombre histoire de blanc et couleur....malheureusement le rapport de mission à été classé " TOP SECRET" !)

 


Présentation

  • : Le blog de Henriette Mauvaise-Foi
  • Le blog de Henriette Mauvaise-Foi
  • : mauvaise foi, railleries et raleries..... Voisine acariatre, ou philosophe de comptoir, Henriette Mauvaise-Foi a toujours quelque chose a dire, sur tout... Mais henriette est erotique a souhait, lorsqu'on sait prendre son temps !
  • Contact

Profil

  • Madame Olson
  • Rien et tout.
Positivement pessimiste ou négativement optimiste.
Résolument érotique ou sensuellement résolue...
Tout ou Rien...
  • Rien et tout. Positivement pessimiste ou négativement optimiste. Résolument érotique ou sensuellement résolue... Tout ou Rien...

Me Contacter


               ICI