Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 06:48

Ou comment écrire n'importe quoi juste parce que j'ai envie de faire virevolter mes doigts sur le clavier !

 

Dans la série quotidien chiant du réel, je fais aujourd'hui l'expérience oh combien connu des autres mais jusque là inconnu de moi de l'arrêt de travail.

Soyons clair, je ne parle pas de l'arrêt de complaisance parce que j'ai un furoncle fessier ou une réunion tupperware que je ne peux pas remettre, ni de l'arrêt de travail pour cause de chômage involontaire, d'enfant grippé dont la nounou ne veux pas, de cuite impromptue qui se déclare en gastro parce que ça fait mieux avec le patron. Non, je parle de l'arrêt de travail qui fait mal, celui qu'on voulait pas mais qu'on prends quand même parce que l'on a pas le choix, celui que le docteur impose avec les gros yeux moralisateur et que l'on accepte parce que le docteur aux gros yeux fait peur et aussi parce que le patron veut pas de vous si vous venez en rampant.

 

Bref j'ai très bobo et ça me gonfle.

 

Premièrement parce que quand on a mal, c'est pas marrant de rester à la maison!

Finalement mon repassage n'avance pas, mon ménage aurait même tendance a prendre du retard.

En plus, malgré tout l'amour et l'attention que l'on vous porte, ça devient vite gonflant le ton de complaisance, la pitié dans les yeux, les " bouge pas, je vais le faire", les "repose toi bien".... et les " t'as pris tes médicaments ?"...

 

Bordel je suis pas une gosse, et en plus je suis pas complètement handicapée même si on peut en douter a ma démarche de vielle personne agée presque grabataire...

 

Le sexe ? Même pas en rêve... A croire que mes anti-douleurs annihile la libido de mon ours, et ça c'était pas dans les effets secondaire !  L'arnaque...!

A moins que cela vienne de mon allure glamour en presque pyjama, de mes "aïe" "ouille" à chaque geste un peu brusque ou encore de mon air caméemaiscestpasdeladrogue.... Le shoot space weed made in Sécurité Sociale....

 

Et c'est pas fini... La dépression me guette face a l'ennuie, et si elle ne m'attrape pas avant la fin de l'arrêt, c'est ma fiche de paye qui finira de me déprimer....

 

Mon ours ? Patient et gentil au possible, doux, attentionnée, patient, tendre, patient...(je l'ai déjà dit ça ?)..parce qu'il faut bien l'avouer, Henriette malade c'est une chiasse ! Ça couine, ça geint, ça pleure, ça bougonne, ça se plaint....Bref c'est un tue-l'amour, une épreuve finale, un motif de rupture...si le mec résiste à ça, soit il est très amoureux, soit c'est parce qu'il ne sait pas ou aller..; Henriette malade c'est un coup a retourner chez sa mère ventre à terre !

 

Bref : si vous aviez pas compris j'ai MAL ! Commencez pas à prévoir un comm genre, t'as quoi ? Je te plains..;ou t'en as pour longtemps...parce que je vous enverrais chier ! Je suis désagréable, mes enfants se sont mis à militer pour l'euthanasie, mon chien me parle plus, mes collègues m'ont oubliés et certains m'espère  probablement morte....

 

L'arrêt de travail c'est un cadeau empoisonnée. C'est pointer pour sortir acheter sa nourriture, errer entre le lit et le canapé en simulant un bien être que l'on ne ressent pas, c'est mentir en déclarant aller mieux juste pour pas avoir l'air de se plaindre, c'est sourire a ce con de facteur et son " alors en vacance ?" alors que sur ma tronche il est écrit "cerne, teint terne, douleur..."

 

L'arrêt de travail c'est de la culpabilité : se sentir inutile devant son mec qui bosse et qui en plus doit faire la bouffe cause Henriette HS, se sentir concerné quand un reportage explique comment l'arret de travail est responsable du trou de la sécu, se sentir merdique face à sa petite fille de 10 ans qui sacrifie une partie de son mercredi pour faire le ménage que vous êtes pas foutu de faire, voir le regard de son fils changer face à cette maman qui finalement n'est pas une super-héros....

 

L'arrêt de travail c'est avoir tellement de temps à perdre que l'on peut même se permettre de couiner sur la toile....

 

Bordel, l'arrêt de travail c'est prendre conscience de sa vulnérabilité....déception, je suis humaine.


Partager cet article

commentaires

Rousseau Catherine 25/05/2012 09:34


C'est quoi ton crétin de toubib qui n'a même pas pensé à l'euthanasie??

clochette 24/05/2012 13:08


pffff....c'est écrit pour moi, ça! je me suis sévèrement fracturée l'épaule en gambadant à la campagne completement bourrée!!!! et tu as raison : qu'est-ce qu'on se fait chier quand on est
immobilisé!

Présentation

  • : Le blog de Henriette Mauvaise-Foi
  • Le blog de Henriette Mauvaise-Foi
  • : mauvaise foi, railleries et raleries..... Voisine acariatre, ou philosophe de comptoir, Henriette Mauvaise-Foi a toujours quelque chose a dire, sur tout... Mais henriette est erotique a souhait, lorsqu'on sait prendre son temps !
  • Contact

Profil

  • Madame Olson
  • Rien et tout.
Positivement pessimiste ou négativement optimiste.
Résolument érotique ou sensuellement résolue...
Tout ou Rien...
  • Rien et tout. Positivement pessimiste ou négativement optimiste. Résolument érotique ou sensuellement résolue... Tout ou Rien...

Me Contacter


               ICI