Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 04:01

Ecrire reste souvent le moyen le plus sur de ne pas sombrer. La plupart du temps je ne sais pas ce que je vais dire avant de l'écrire. C'est une excellente thérapie pour soigner les maux divers et variés que la vie vous offre avec générosité.

Voir les choses , sentir le bonheur des autres quand on va mal est presque violent pour mon âme. La joie et le bonheur des autres m'agresse tous les jours. Leurs sourires, leurs calins, leurs baisers volés....tous ceci me rappelle ma solitude et me rendrait presque agressive.

 

Est ce normal ? D'après certains psy oui, d'autres pensent que non....Du coup, comment savoir si ce que je ressens est normal ? Pas simple de réfléchir sur soi, l'auto-analyse est le combat le plus difficile que j'ai eu a mener. J'avance tous les jours en me trouvant des bonnes raisons pour me lever et vivre la journée qui m'attends normalement.

Paraitre....Quelle jolie façon de donner le change...et s'ecrouler dès qu'on est seule. Quelles que soient les raisons que l'on se trouve pour avancer, elles ne suffisent jamais a effacer les souffrances. Qu'il est facile de dire "tu oublieras", "ça va passer", "laisse du temps"....Et j'ecoute, je fais, j'essaye...je suis tous les conseils, les bons, les mauvais, les cons....Je tente toutes les solutions....Mais rien ne fais, je n'ai pas la bonne méthode pour sortir de cet enfer. Je tourne en rond autour de mon coeur, et brique après brique j'essaye de remonter la muraille qui l'avait si bien protégé a une époque.

A quoi celà servira t'il ? Probablement a rien, puisque plus le temps passe plus je me rends compte que les fondations son pourries...

A me raccrocher peut être ? Mais a quoi ? Réveiller Henriette ? J'aimerais autant éviter d'en arriver là...Elle est furax, et je crois qu'elle irait trop loin....

 

Se reconstruire ? Oui, mais ça prendra combien de temps ? Pas que je sois préssée mais cet état de tristesse permanent me saoule. Je fais des efforts, mais même quand je souris il y a toujours quelqu'un pour me trouver les yeux tristes. Peut être le sont ils réellement...Je ne sais plus. Je ne sais plus me regarder avec objectivité. Le reflet de mon image ne m'inspire rien de bien glamour en ce moment. Je vois mon coeur brisé, je ne suis pas capable de voir autre chose. Les compliments, sincères ou non glissent sur moi comme la pluie.

Et voilà....larguer mes états d'âmes sur la toile, comme une bouteille a la mer...c'est tellement plus facile. Tellement plus inutile aussi....Mais là tout de suite, a presque 4h30 du matin, ça me donne un prétexte pour ne pas affronter le vide de mon lit.

 

Putin c'est pitoyable.

Published by Madame Olson - dans Pensées Et Bizarreries
commenter cet article
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 00:51

Triste réalité de celle qui sait créer les plus beaux tableaux sans jamais ne pouvoir les peindre.

Triste son que la voix de celle qui ne sait chanter qu'en silence les chansons qu'elle écrit.

Triste pouvoir que celui de savoir provoquer les éclats de rires quand son coeur saigne.

Triste talent que celui de n'être inspiré que par des muses dépressives quand le bonheur assêche l'imagination.

Triste regard dans les yeux de celle qui mémorise les plus beaux clichés sans jamais les immortaliser.

Triste destin de celle qui sait tout donner sans jamais recevoir.

Triste vie de celle qui sait souffrir en silence d'aimer. 

Triste artiste que celle qui sait parler d'amour sans jamais le connaître.

Triste souffrance résolue.

Triste larmes essuyées par un alter égo schizo

Published by Madame Olson - dans Pensées Et Bizarreries
commenter cet article
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 20:10

J'ai rêvé éveillée

Par amour mes ailes j'ai coupée

Cage dorée dont j'ai jetée la clef

J'ai rêvé d'amour,

Sur te défauts mon cœur sourd

A chacun de tes souhaits, j'accours

J'ai rêvé d'avenir

Au point d'avec toi m'unir

Et d'effacer tous mauvais souvenirs

J'ai rêvé du temps

Quand toi et moi rimait avec longtemps

Et que je t'aimais a chaque instant

Je me réveille dans la douleur

Tu pars, indifférent a mes pleurs.

La mort s'installe sur mon cœur.

Published by Madame Olson
commenter cet article
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 21:18

La colère a cela de bien qu'elle alimente mon corps en énergie et efface la peine. Le temps des larmes a passé, l'orage gronde au loin.

Henriette a senti la douleur, insidieusement elle refait surface et prends les commandes.

Quand une histoire d'amour se termine, il y a toujours des pleurs, de la tristesse et de l'incompréhension. C'est le prix des moments de bonheurs passés a payer. C'st une logique de la vie .

Les émotions sont exacerbées quand elles sont nouvelles. C'était mon cas...Première grande histoire d'amour, premier lâcher prise, la confiance les yeux fermés...

Le choc, la rupture.....l'anéantissement total de mon monde, de mes rêves.

Les larmes, l'incompréhension, la culpabilité.....les décisions pas trop logiques, l'espoir....

LA VERITE.....aujourd'hui.

Cocufiage, amie, tromperie, manipulation, escroquerie des sentiments, minable, immonde

Le choc, plus de larmes, la colère sourde m'envahit, les décisions deviennent réfléchis.

Dommage collatéral : Henriette se réveille....ça va chier

Published by Madame Olson
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 16:48

INFO :

 

C'est solennel comme du Copé tiens !

 

Blog en stand By ( pour ceux qui passent encore par là ! ) mais pas totalement abandonné.

 

Je vais retirer quelques textes sur lesquels j'ai comme une envie de retravailler un peu, alors pas de panique si certains liens ne fonctionnent plus....

 

Je viens de découvrir que JCVD vient de publier un roman ...info ? Fake ? Du coup je me dis que rien n'est perdu pour moi !

 

Bref, juste un article pour rien dire, et vous annoncer que je vais déposer une loi qui impose la transparence des bloggueurs, de leurs liens littéraires, de leurs revenus publicitaires et de leurs coucheries !

 

C'est solennel comme du Copé Tiens !

 

 

 

Published by Madame Olson
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 16:23

Allo ? Allo ?

 

Vous ne connaissez pas le fameux " Allo? t'es une fille t'as pas d'shampoing...allo ?" alors c'est que vous ne vous intéressez pas aux reportages hautement sociologiques que nous offre actuellement la télévision française....

Vacances scolaires obliges, j'ai perdu le contrôle de ma télécommande...et c'est ainsi que j'ai pu découvrir des émissions d'une importance capitale pour l'intellect : " les anges de la télé-réalitée" sur NRJ12 pour ne pas citer la chaîne !

Le concept  : On prends des ex candidats perdants de la télé-réalité, telles que " the voice", "secret story", "mon curé chez les nudistes", 'j'me fout a poil dans la piscine", " l'île des cocu..." et on les enferme dans une villa de millionnaire, de préférence loin de la France, pour qu'ils continue a se ridiculiser à la poursuite de leur rêve de gloire....

Je découvre ainsi Nabila, jeune intellectuelle au corp plastifié (quand on voit la photo avant/après c'est édifiant..) qui tous les jours nous gratifie d'une phrase magique qui laisserait pantois Socrate, Aristote et Louis de Funès !

 

J'ai ainsi découvert la guerre mondiale de 78, qu'aux états unis tout est grand et gros, et que Allo, c'est une catastrophe mondiale si une fille n'a pas de shampoing !!!

 

Le plus terrible dans tout ça, c'est que cette dinde fait un buzz terrible avec la partie la plus charnue de son anatomie aux States, que certains la compare à une autre grande scientifique Kim Kardashian, et que finalement ce qui est le plus effrayant c'est qu'elle tourne en boucle partout sur tweeter, facebook et autres réseaux sociaux....Dès hier au boulot, j'ai eu droit a des "Allo ? Allo ? t'es une fille t'as pas d'shampoing..."

 

Cette barbie devient culte et si encore celà restait confidentiel et Français ça limiterait les dégâts mais le pire c'est bien que l'on déporte nos cerveau de poulpes aux States, leurs donnant là encore une bonne occasion de nous prendre pour des cons !

 

J'ai vu une blonde 1,58 m croire qu'elle finira mannequin, un couple qui s'engueule et se réconcilie trois fois par épisode, un maigrichon qui veut rentrer Bodyguard pour star.....On échange du rêve contre du ridicule...

 

Et moi j'ai peur : parce que les gosses adorent ça, et que je comptais un peu sur eux pour payer ma retraite mais là j'ai des doutes !

 

Et si Obama prenait cet arrivage de cons sur son territoire pour une agression et nous déclarait la guerre ?


 


10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 22:03

Il faut bien finir par avouer en place publique ce que l'on sait déjà : ce blog est à l'abandon !

 

Voilà, c'est dit. Est ce que je me sens mieux de le reconnaitre enfin ? Non pas vraiment. Tout au plus un léger sourire , plutôt un rictus déforme mon visage ravagé par la fatigue.

 

Ai-je une excuse ? Non plus !

Vais je vous en faire ? Non plus et puis quoi encore!

 

Non, je viens ici juste pour nettoyer les restes comme après une soirée trop arrosée. On range les meubles, on dépoussière, on nettoie, on met un coup de désodorisant lavande pour donner un air de frais et on recouvre d'un drap blanc...pas vraiment un linceul, mais un peu quand même.

 

Est ce définitif ? Je ne le sais pas moi même....

 

Les faits sont juste tristement banals : un nouveau mec, de nouveaux amis, une nouvelle vie. Pas de temps, trop peu déjà pour le quotidien.....

 

J'écrivais il y a une heure à un ami que le bonheur m'allait bien mais qu'en contre partie j'ecrivais de la merde ! C'est la triste constatation de ce que je suis : incapable de traduire une émotion autre que celle que je ressens sur le moment.

 

Publier pour publier m'a toujours semblé être ni plus ni moins que de la masturbation cérébrale.

Je n'ai jamais pris part a la course au BR, ni a celle de la popularité. Inutile de publier pour exister. A ceux qui me regrette je dirais seulement de ne rien regretter, que ce blog reste ouvert et de ne pas hésiter à le relire en commencant par le début....

 

Quand à moi, je continue à écrire, à me chercher, et peut être finirais je par me retrouver.

 

L'amour c'est très déstabilisant finalement, quasi destructeur....Le mien a balayer sur son passage toute ma fureur, ma peine et ma tristesse.....Mes textes ressemblent à de la guimauve et ont surement le goût de la barbe a papa !

 

Je prends le temps de me pencher sur le talent des autres. Je redécouvre le plaisir de lire mes complices, ceux qui depuis le début ont été là, sur cette plateforme pour y vivre de réels moment de partage dans l'écriture. ainsi ils ont avancés, chacun de leur côtés...

Certains ont même publiés de très bons bouquins.....

 

Allez donc sur le Net, cherchez....

Les chiens du Paradis : Jérôme Fansten

Les chiens du Purgatoire : Du même auteur

Hyckz : Muriel Combarnous

 

Pour ma part, je vais étendre ma lessive, faire un calin avec mon doudou et me coucher en pyjama pas glamour ! Parce que finalement, la seule histoire qu'il est important que j'écrive c'est celle que je vis tous les jours.

 


12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 16:38

-         «  Henriette ? Hennnnnnnnnrietteeeeeee »

-         «  Arrête de gueuler bon sang, qu’est ce que tu veux ? »

-         «  Heuu, rien, je voulais juste savoir si tu étais encore là. »

-         «  Et où veux tu que je sois ?

-          «  Je sais pas, je me demandais juste…. Ça fais si longtemps que tu me parle plus, je croyais que tu étais partie »

-         - « C’est toi qui m’a fichu en sommeil dit donc, alors viens pas chouiner maintenant.  Qu’est ce que tu as ? Tu t’es fais jeter ? T’as encore des problèmes ? « 

-         - «  Non ça va, je voulais juste vérifier que tu étais là c’est tout »

-         «  Mouais des fois que je fasse ma vie sans toi, que je devienne autonome bref que je t’abandonne a ton propre sort …Tu ne pourrais pas me lâcher là, me foutre la paix… Ca me ferais des vacances »

-         «  Ben je te fous la paix, je t’appelle plus ! »

-         «  Non tu me fous pas la paix espèce d’égoïste, tu m’appelle pas mais tu me libère pas non plus. Tu me garde, là, dans un petit coin de ta tête, bien cachée, des fois que t’es besoin un jour…Et toi pendant ce temps tu t’éclate, tu fais ta vie, tranquille, peinarde… »

-         « T’es pas contente que je sois heureuse ? « 

-         «  Je te dis pas ça, je te dis que tu fais ta vie mais que moi je suis condamnée à rester là, en attente…on dirait un fantôme qui erre sans but. Tu pourrais me lâcher, t’as plus besoin de moi, je vois bien alors au moins laisse moi aller de mon côté »

-         «  Mais non enfin, comment je fais si j’ai besoin de toi, où si ça va pas ? Tu dois rester là, qui va me protéger où mordre, où combattre ? Qui va me cacher ? Tu. »

-         «  Tais toi donc chouinette, tu n’a pas fais appel a moi depuis un an, il serait tant que tu te rendes compte que tu n’as plus besoin de moi, grandit un peu, il y a longtemps que je ne n’existe plus que dans tes souvenirs, tu te raccroche a moi comme à une bouée pour ne pas te noyer. Regarde bécasse, en fait tu as pied ! »

-         «  Je peux pas…. « 

-         « Fais chier ! Tu comprends ça ? Je veux ma retraite, je veux que tu me fiche la paix ! « 

-         « Je peux pas… »

-         -«  Commence pas à pleurer hein…ça marche pas avec moi tu le sais bien…Mais regarde ce que tu es devenu…pffff une fille ! Je ne peux plus rien pour toi, quoi que je fasse maintenant c’est trop tard… Je peux te déterrer les Docs, mais tu resteras une fille…Tu es définitivement perdue pour moi… « 

-         - «  Mais non enfin, je suis toujours moi,…enfin je crois… »

-         «  T’es blonde ou quoi ?  T’as tellement ouvert la porte aux émotions qu’elles arrivent à m’envahir aussi, bientôt j’arriverais plus du tout à les contenir…Oui tu es toi, mais on dirait qu’un truc dégoulinant de guimauve, de rose, de paillette squatte mon donjon… « 

-         «  Bon je reconnais que je me suis un peu laissez aller ces derniers temps mais… »

-         «  un peu ? Tu balance du « je t’aime «  à tout va, tu fais les soldes, tu pleure quand tu te fais mal…. T’es une fille je te dis ! « 

-         «  Mais je voulais pas moi ! Je n’ai pas fais exprès !... »

-         «  Mais si c’est ça que tu voulais, mais tu le savais pas avant de l’avoir c’est tout ! Ce n’est pas ta faute, c’est la faute de ton gros. »

-         «  Traite pas mon ours de gros conasse ! »

-         «  Tu vois..c’est ce que je te disais : on ne s’engueulait jamais pour un mec avant, celui là par contre j’ai le droit de rien dire…Faut que tu l’accepte, il n’y a plus rien entre toi et moi….Juste des souvenirs !

-         «  tu crois ? On fait quoi alors ? « 

-         «  Toi tu fais rien comme d’hab…moi je me casse ! »

-         «  définitivement ? pour toujours ? »

-         «  Oui….et je ne reviendrais pas…Si c’était le cas, cela te détruirait…. Aie confiance..Je sais que ça ira.

-         « Dit Henriette, toi et moi c’était bien non toutes ces années ? T’as des regrets ?

-         « Aucuns…Si un seul.. ; je n’aurais pas du rester si longtemps…Bon vent Chouinette, je taille ma propre route, et souviens toi… tu n’as besoin que de toi-même…. »

Published by Madame Olson - dans TEXTES
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 06:48

Ou comment écrire n'importe quoi juste parce que j'ai envie de faire virevolter mes doigts sur le clavier !

 

Dans la série quotidien chiant du réel, je fais aujourd'hui l'expérience oh combien connu des autres mais jusque là inconnu de moi de l'arrêt de travail.

Soyons clair, je ne parle pas de l'arrêt de complaisance parce que j'ai un furoncle fessier ou une réunion tupperware que je ne peux pas remettre, ni de l'arrêt de travail pour cause de chômage involontaire, d'enfant grippé dont la nounou ne veux pas, de cuite impromptue qui se déclare en gastro parce que ça fait mieux avec le patron. Non, je parle de l'arrêt de travail qui fait mal, celui qu'on voulait pas mais qu'on prends quand même parce que l'on a pas le choix, celui que le docteur impose avec les gros yeux moralisateur et que l'on accepte parce que le docteur aux gros yeux fait peur et aussi parce que le patron veut pas de vous si vous venez en rampant.

 

Bref j'ai très bobo et ça me gonfle.

 

Premièrement parce que quand on a mal, c'est pas marrant de rester à la maison!

Finalement mon repassage n'avance pas, mon ménage aurait même tendance a prendre du retard.

En plus, malgré tout l'amour et l'attention que l'on vous porte, ça devient vite gonflant le ton de complaisance, la pitié dans les yeux, les " bouge pas, je vais le faire", les "repose toi bien".... et les " t'as pris tes médicaments ?"...

 

Bordel je suis pas une gosse, et en plus je suis pas complètement handicapée même si on peut en douter a ma démarche de vielle personne agée presque grabataire...

 

Le sexe ? Même pas en rêve... A croire que mes anti-douleurs annihile la libido de mon ours, et ça c'était pas dans les effets secondaire !  L'arnaque...!

A moins que cela vienne de mon allure glamour en presque pyjama, de mes "aïe" "ouille" à chaque geste un peu brusque ou encore de mon air caméemaiscestpasdeladrogue.... Le shoot space weed made in Sécurité Sociale....

 

Et c'est pas fini... La dépression me guette face a l'ennuie, et si elle ne m'attrape pas avant la fin de l'arrêt, c'est ma fiche de paye qui finira de me déprimer....

 

Mon ours ? Patient et gentil au possible, doux, attentionnée, patient, tendre, patient...(je l'ai déjà dit ça ?)..parce qu'il faut bien l'avouer, Henriette malade c'est une chiasse ! Ça couine, ça geint, ça pleure, ça bougonne, ça se plaint....Bref c'est un tue-l'amour, une épreuve finale, un motif de rupture...si le mec résiste à ça, soit il est très amoureux, soit c'est parce qu'il ne sait pas ou aller..; Henriette malade c'est un coup a retourner chez sa mère ventre à terre !

 

Bref : si vous aviez pas compris j'ai MAL ! Commencez pas à prévoir un comm genre, t'as quoi ? Je te plains..;ou t'en as pour longtemps...parce que je vous enverrais chier ! Je suis désagréable, mes enfants se sont mis à militer pour l'euthanasie, mon chien me parle plus, mes collègues m'ont oubliés et certains m'espère  probablement morte....

 

L'arrêt de travail c'est un cadeau empoisonnée. C'est pointer pour sortir acheter sa nourriture, errer entre le lit et le canapé en simulant un bien être que l'on ne ressent pas, c'est mentir en déclarant aller mieux juste pour pas avoir l'air de se plaindre, c'est sourire a ce con de facteur et son " alors en vacance ?" alors que sur ma tronche il est écrit "cerne, teint terne, douleur..."

 

L'arrêt de travail c'est de la culpabilité : se sentir inutile devant son mec qui bosse et qui en plus doit faire la bouffe cause Henriette HS, se sentir concerné quand un reportage explique comment l'arret de travail est responsable du trou de la sécu, se sentir merdique face à sa petite fille de 10 ans qui sacrifie une partie de son mercredi pour faire le ménage que vous êtes pas foutu de faire, voir le regard de son fils changer face à cette maman qui finalement n'est pas une super-héros....

 

L'arrêt de travail c'est avoir tellement de temps à perdre que l'on peut même se permettre de couiner sur la toile....

 

Bordel, l'arrêt de travail c'est prendre conscience de sa vulnérabilité....déception, je suis humaine.


10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:58

Il y a parfois des moments dans la vie ou les mots sont inutiles. A d'autres moments, le besoin d'écrire se fait sentirmais le besoin de garder pour soi ses pensées domine. Les textes deviennent plus intimes, plus personnels. L'écriture devient alors une projection de son état d'âme.

 

Ce blog à toujours été une façon d'exprimer avec plus ou moins de talents, d'humour ou de sentiments ce qui me touchait, ce qui était et ce qui n'était pas.

 

Comique dans le travail ou revancharde, indécente ou érotique a travers les fantasmes ou le sexe, triste malheureuse ou pathétique dans mes relations a l'autres, chaque article, chaque catégorie, chaque mot révèle quelque part un morceau de moi.

 

Alors pourquoi aujourd'hui, ces mots ?

 

Parce que ce blog a toujours été mon thérapeute, mon meilleur ami, parfois mon confident ou mon punching ball...

 

C'est a travers lui et mon silence que je découvre cette partie de moi dont je n'ai pas honte, cet égoïsme qui me pousse à écrire mon bonheur sur papier sans jamais le partager avec vous. Voilà c'est dit, je suis égoïste dans la joie. Je ne veux rien donner, rien partager, rien montrer...garder cette part de moi qui souri.

 

Suis je encore Henriette ? Bien sur... Henriette sera toujours mon côté obscur, ma sombre héros , celle qui a protégé mon coeur et ma couenne toutes ces longues années. Et il serait dommage de la tuer !

 

Henriette se repose un peu de toutes ses longues années ou elle a été mon seul soutient, mon âme damnée....

 

Il y a un Ours dans ma vie....

 

 

( à suivre ....)

 

 

PS : Si ce blog vire au journal intime, tuez moi VITE !



Published by Madame Olson - dans Pensées Et Bizarreries
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Henriette Mauvaise-Foi
  • Le blog de Henriette Mauvaise-Foi
  • : mauvaise foi, railleries et raleries..... Voisine acariatre, ou philosophe de comptoir, Henriette Mauvaise-Foi a toujours quelque chose a dire, sur tout... Mais henriette est erotique a souhait, lorsqu'on sait prendre son temps !
  • Contact

Profil

  • Madame Olson
  • Rien et tout.
Positivement pessimiste ou négativement optimiste.
Résolument érotique ou sensuellement résolue...
Tout ou Rien...
  • Rien et tout. Positivement pessimiste ou négativement optimiste. Résolument érotique ou sensuellement résolue... Tout ou Rien...

Me Contacter


               ICI